Lundi 8 septembre 1 08 /09 /Sep 15:35

charlotte-zoller-INTERPOL.jpg

Photo by Charlotte Zoller


 

Certains moments sont uniques, il convient donc de prendre le temps de les savourer. Un artiste pourrait sans doute nous décrire davantage cette énigme complexe à multiples inconnues, l'écriture, la peinture, la musique. En fait, tout cela est une entité de choses qui ne sont pas encore créées et qui ne peuvent devenir palpables même à celui qui pense en avoir compris le sens. En d'autres termes, une œuvre est inspirée mais n'a pas d'ambition outre le fait d'être désirable. Et sans doute aussi de faire plaisir. Voilà donc où je veux en venir : le nouvel album d'Interpol s'est fait attendre et donc, il est devenu désirable.

 

P1190579.JPG

Nîmes le 08 juillet 2014


Lever le voile sur une œuvre ne doit pas être chose aisée, surtout quand on a mis du temps à la créer. Il faut d'abord en faire une esquisse, la brouillonner un peu, la détruire parfois pour en retirer juste ce qu'il faut, cette petite note abstraite qui ne se dissoudra pas dans l'air au clair de lune. Il faut savoir se chamailler, s'arrêter, se dissiper aussi et puis repartir pour créer cette chose qui sera mentionné sur les journaux comme fabuleux … peut être. Oui, sans contrefaçons, oui, assurément. Je n'arrive pas à hésiter, je n'ai pas vraiment de mots pour décrire les premières notes de All The Rage Back Home, l'avant-propos de l'album qui aspire à plus de liberté, au choix musical comme textuel. Une chanson de gestes peut-être bien, inspirée et aspirée par la voix de Paul Banks, un souffle, un murmure et puis … My Desire et Anywhere, deux chansons découvertes durant un concert au clair de lune. On a parfois l'impression d'un retour aux sources, comme d'un besoin de parfaire quelque chose qu'on a laissé là, dans un coin. Peut être bien que ces chansons, ces textes étaient là, planqués dans un recoin d'un vieux bureau poussiéreux depuis ce temps mémorable de Turn on The Bright Light.

 

140605-interpol-el-pintor-cover-art

 

 

Same Town, New Story complète mes propos et continue sur sa lancée de l'album parfait : il ne m'en faut pas plus pour déclarer cette chanson comme génialissime. Les effets sonores, les voix très présentes entourent cette chanson parfaitement mystique, onirique. Voilà c'est fait, le voile est levé. Les partitions en élaborations ne sont plus qu'un arrière goût de frénésie qui titille l'esprit, qui entourloupe l'auditeur. La frénésie encore et toujours autour de My Blue Supreme, à écouter dans le noir pour percevoir ce petit truc en plus, les sens en éveil. Un Everything is Wrong profond, envoûtant et sensé avec le sensiblement parfait Breaker 1, dans le noir et dans les entrailles d'Interpol tel Ancient Ways, ardemment provoquant. Avec Tidal Wave la fin est déjà proche, la rythmique est saccadée mais pourtant si esthétique. La lumière éphémère sur la scène, le noir sublime qui les habille, un peu de rouge passionnément et voilà déjà le final de cet opus incroyable, Twice as Hard, énigmatique.

El Pintor est un petit joyaux d'élégance, beaucoup plus structuré que les albums précédents, il est sublime et cache encore de jolies choses sur quelques B-Sides ou peut être bien dans le tiroir d'un bureau tout poussiéreux !

Publié dans : Let's dance
Ecrire un commentaire - Détail des 0 messages
Dimanche 13 juillet 7 13 /07 /Juil 15:43

P1190597.JPG

 

Ils auraient dû apparaitre à l'heure ou le soleil se couche, pour le feu d'artifice, sous la lune bienveillante. Je me souviens, de la porte 12, ils faisaient leur entrée. C'était comme si je les voyais la première, cette première fois. C'était dingue. Puis Paul et les autres ont enfilés leurs guitares, leurs lunettes de soleil et c'était parti ... En une heure, j'ai vu défiler des années d'écoutes, des choses belles et étranges, des lumières qui n'en finissaient pas de les éclairer, juste à l'heure où le soleil se couche. Et puis la lune est arrivée, une silhouette funambule à égale distance en tout point de l'édifice. Mes mains tremblaient vers le ciel et les feux se sont éteints. Ils sont repartis comme ils sont arrivés: insaisissables.

 

 

Retrouvez mes photos du live ici

 

 

 

*Ils sont repartis comme ils sont arrivés: en bus !

Publié dans : Let's dance
Ecrire un commentaire - Détail des 0 messages
Dimanche 8 juin 7 08 /06 /Juin 14:36

140605-interpol-el-pintor-cover-art.jpg

 

"Il fait chaud" chantait encore il y a quelque jours Patrick Sébastien, une bonne raison pour s'enfermer, mâter les nouveautés sur Internet et découvrir des choses plus belles les unes que les autres ( Un clip mémorable de Patrick Sébastien ?). En atteste cet article découvert ce jour sur le nouvel opus d'INTERPOL qui sortira en septembre prochain ... de quoi donner chaud et écrire un article. Voilà quelques mois déjà que je suivais leurs news telle une petite souris sur leur twitter ici et là, cherchant le moindre article laissant passer la moindre info sur cet album qu'on aura attendu très, très longtemps. Quatre ans déjà. Turn on a refait surface l'an passé, laissant le groupe patauger dans leur propre bouillabaisse ( comprenez faire du flan tout seul, de la musique tout seul quoi ) pour nous offrir un peut être SUBLIME album d'ici le 8 septembre prochain, intitulé El Pintor. Jeu d'anagramme ou jeu de barbouillage, il faudra attendre encore un peu pour découvrir les prochains titres, soit en live si vous avez cette chance comme nous l'aurons bientôt avec mon adorable Miaou ( sautillant de joie), soit en live mal enregistré sur Youtube ou autre.

 

El Pintor
01 All the Rage Back Home
02 My Desire
03 Anywhere
04 Same Town, New Story
05 My Blue Supreme
06 Everything Is Wrong
07 Breaker 1
08 Ancient Ways
09 Tidal Wave
10 Twice as Hard

 

P1190134.JPG

 

and, below:

 

 


 

 

 

 

Dans les prochaines semaines: un after live suivi d'un nouveau projet blog.

Publié dans : Let's dance
Ecrire un commentaire - Détail des 0 messages
Samedi 15 février 6 15 /02 /Fév 11:57

Qui n'a pas rêvé de dire hier soir, devant sa télé au son dégoulinant ( cf la pluie) : " Aux chiottes les Victoires de la musique !". Car oui, parfois il y a de quoi devenir fou/folle ...Heureusement, la fatigue eut raison de moi.

Voici donc une nouvelle petite playlist, sans choses trop excentriques, quoique ...

 

 

 

 

Ici aussi, pour aller plus vite ! ---> Playlist

Publié dans : Let's dance
Ecrire un commentaire - Détail des 0 messages
Vendredi 14 février 5 14 /02 /Fév 16:00

P1170252.JPG

 

C'est par une promenade à Nancy que j'eu envie d'une bergamote, ce bonbon si savoureux, au goût bien prononcé et doré à souhait.

La bergamote, c'est d'abord un fruit, un croisement entre l'orange amère et la lime. Cet agrume est présent et cultivé surtout en Italie. Son parfum " suave et piquant", selon les spécialistes, peut provoquer des envies de bonbons dorés ...tout comme Jean-Frédéric Godefroy Lillich, un confiseur originaire du Wurtemberg, qui, en 1845, ouvre une boutique de pâtisserie-confiserie au 31, rue du Pont-Mouja à Nancy. En 1850 sur l’idée d’un ami parfumeur, Lillich marie l’essence de bergamote au sucre cuit et donne au bonbon sa forme carrée.

 

bergamote.jpg

Au milieu du XIXe siècle, nombreux furent les confiseurs nancéiens à s’approprier cette sucrerie, à l’instar des maisons Lefèvre et Lalonde, qui ont toujours pignon sur rue à Nancy.

Quelques gouttes d'huile essentielle de Bergamote de Calabre et la magie opère ! La confiserie, tant aimé des lorrains, devient donc un emblème, ici mais aussi partout ailleurs où cette gourmandise se plait à voyager. C'est aussi peut être grâce à son conditionnement: une boîte en fer blanc représant la place Stanislas, l'emblème de Nancy. Je crois me souvenir que, chez mes grands-parents, une de ces vieilles boîtes trônait quelque part dans un tiroir, à l'abri de la lumière et surtout des regards.

 

P1170249.JPG

Il m'est impossible de parler des bergamotes de Nancy sans évoquer la maison Lefèvre-Lemoine devant laquelle je passe si souvent. Cette sublime boutique se situe face à la gare, à côté de L'Excelsior, mythique restaurant de la ville. Longer la vitrine, c'est faire un pas dans la gourmandise et deux pas en arrière, en enfance. De nombreux chocolats, biscuits et autres confiseries, dont la bergamote y sont présentés pour le grand bonheur des passants. Si vous poussez la porte de cette maison fondée en 1840 par Antoine Lefèvre, vous repartirez sans doute avec un petit pain d'épices joliement décoré à Noël, un lapin en chocolat aux couleurs exotiques à Pâques ou bien encore avec une sublime boîte de chocolats fabriqués sur place et hautement délicieux !  

La bergamote, c'est aussi le souvenir précieux d'un thé Earl Grey dégusté au chaud, sur la place Stanislas comme partout ailleurs, où encore celui d'une madeleine au goût bien prononcé, unique. Quelques zestes de bergamote ou quelques gouttes de son huile essentielle seront du plus bel effet à l'heure du goûter !

 

 

 

La semaine prochaine: Bonjour Nîmes !

Publié dans : Thé ou café ?
Ecrire un commentaire - Détail des 1 messages

Lecture du moment

 

 

jaccottet.gif

Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés