« Si éclairants soient les grands textes, ils donnent moins de lumière que les premiers flocons de neige. »

Publié le par Des choses et autres ...

 

P1030402.JPG

Le chat inconnu à la fenêtre

 

 

Commençons ce nouvel article par une citation de l'écrivain, moraliste et diariste Christian Bobin. La neige est arrivée (en réalité, elle était déjà là fin décembre) et cela nous rend joyeux ...où pas vraiment. J'adore les paysages enneigés, les sapin sous la neige etc...mais les routes enneigées et surtout les trottoirs glissant, çà non! J'espère tout de même réussir à faire quelques beaux clichés avec mon cher et tendre sous la neige avant le printemps!

 

 

Je n'ai pas commencé cet article avec une citation par hasard. On va parler un peu littérature tiens...oui, comme çà, j'en avais envie!

En ce moment, je lis Théorie du Voyage, poétique de la géographie de Michel Onfray. Les bouquins traitant des voyages m'intéressent. Ici, Michel Onfray propose au lecteur d'appréhender le voyages de différentes manières, d'y réfléchir bien avant, pendant et après, d'élire une destination et comment chacun peut s'y prendre, de réaliser son voyage, c'est à dire, partir à la découverte de choses nouvelles mais aussi découvrir d'autres personnes et se découvrir soi-même. Finalement, c'est un bouquin qui nous questionne sur la possibilité de voir ailleurs, pourquoi et comment. Ce n'est pas un livre sur un voyage en particulier mais plutôt sur le voyage personnel. On peut y lire sur la première page " On ne devient nomade impétinent qu'instruit dans sa chair aux heures du ventre maternel arrondi comme un globe, une mappemonde." Ce livre me fait aussi penser à ma propre vie, ma propre réalité. Aux départs et aux arrivées soudaines sur une terre qu'on ne connait pas forcément, où l'on ne connait personne. Un mot revient souvent dans cet essai, la "quintessence". Ne garder que la quintessence d'un lieu, ce qui le rend unique, surprenant.

La Théorie du voyage de Michel Onfray est un livre que je vous recommande si vous souhaitez changer vos habitudes de lectures. Ce n'est pas un livre extrêmement facile à lire- c'est plus un essai philosophique sur le voyage pour moi-mais il est vraiment bien écrit, chaque mot est à sa place, chaque page nous porte un peu plus sur une théorie du voyage à concrétiser personnellement.

 

Un autre de mes coup de coeur de ces dernières semaines: Alexandre et Alestria de Shan Sa. C'est une auteure que j'aime particulièrement pour sa poésie, son sens de l'imagination indéfinissable quand il s'agit de créer un lieu, une époque, des personnages et son histoire. J'avais déjà lu de cette écrivaine chinoise, il y a quelques années de cela, la Joueuse de Go que j'avais admiré. Puis quelques temps après, j'ai trouvé sur une brocante Porte de la Paix Céleste qui m'a beaucoup beaucoup plut également et que j'ai trouvé d'une poésie rare, un style tout à fait nouveau pour moi qui était alors habituée à des romans un peu plus classiques.

Alexandre et Alestria, c'est d'abord L'Histoire revisitée. Alexandre dans sa jeunesse, Alexandre devenu Le Grand ... et puis Alestria, la reine des Amazones. Un livre sur la rencontre improbable de deux êtres différents, opposés. Un livre écrit dans le langage des oiseaux. Un livre pas pudique du tout mais d'une sensualité impressionnante. Même si l'on repense à l'histoire d'Alexandre (sans être une grande Historienne!), on se doute que le livre est très poussé, très imaginatif. On a parfois l'impression d'être dans un péplum ou alors dans le monde merveilleux des êtres qui n'existent pas, des fées etc ...C'est un livre à contrastes. D'abord par les histoires différentes des personnages ( Alexandre, Alestria, Tania la suivante d'Alestria, Darius ...), par la férocité de certains passages notamment sur Philippe, le père d'Alexandre, des batailles aussi et puis la douceur et la sagesse d'Alestria, de son peuple.

Je pensais lire une biographie d'un personnage mythique, j'ai lu un roman d'une grande poésie, éternelle, d'une rêverie sans pareil. Un conte beau, inspiré, coloré.

C'est un livre que je vous recommande pour les soirées fraîches où il n'y a rien à la télévision, où bien au printemps, à l'ombre d'un grand arbre qui fleure bon la liberté et le lointain.

 

  --->   Et vous, quelles sont vos lectures du moment ?

 

Et puis pour finir en musique:

- The Black Keys, El Camino, leur tout nouvel album sur lequel on voudrait danser comme des fous à chaque fois que l'on entend " Lonely boy" : link

- Liz Green, O Devotion!, quelques refrains entêtant, de bonnes mélodies folk, un petit soupçon de rétro pour cet album offert par mon amoureux qui donne envie de garder le rythme link et de se dire ...

 

...    CARPE DIEM

 

Publié dans Entre les lignes

Partager cet article
Repost0

Entre la presqu'île et le scrabble

Publié le par Des choses et autres ...

P1030240.JPG

 

 

 

Lyon, le 18. Gare de Part Dieu. C'était long mais nous y sommes. Là, devant l'immense centre commercial et puis les gens, le tram ...les rues que l'on ne connait pas. Pas de plan. On verra bien. On a faim. On a hate de monter à l'hôtel, de s'étendre de tout son long sur un lit bien moelleux et de ne plus rien entendre. Surtout pas le bruit des allées et venues, des trains qui se croisent. L'hôtel, enfin. La porte, l'entrée et le lit. Tout est moche ou presque. Le téléphone, vintage, semble faire la déco. Mais comme me dit mon chéri, "C'est pour dormir!". Oui, c'est vrai.

 

P3131710.JPG

Le téléphone vintage de l'hôtel!

 

 

Lyon, place Bellecour. On nous avait dit que c'était beau. C'est immense, mais de là à dire que c'est beau ...Nous continuons, nous cherchons des clichés. Un point d'interrogation plus tard ...se perdre dans des rues étroites, sombres puisque le temps nous maudit. Oh, la presqu'île !

L'île ou presque, par delà les ponts, les restaurants fermés, les gens qui lèvent la tête et admirent, attentifs aux alléas des nuages, au visage de Fourvière. Comment l'atteindre ? Il faut monter, il faut devenir funambule et ne pas être claustrophobe dans ce funiculaire. Admirer, photographier, s'embrasser de là-haut et puis redescendre. Bonjour à l'école de musique, bonjour à la fille qui chante. Bonjour en rythme d'une chanson de Biolay qui nous suit depuis le début.

 

P1030279.JPG

 

Quelques petites rues se cachent, se perdent de vue. On y accède par des escaliers gigantesques, qui n'en finissent plus. Ah, il faut aimer la marche! Sous le clap clap de mes talons, nous nous arrêtons au Sol Café où la porte ne s'ouvre que par le maître des lieux. Surtout, ne pas lui dire " On vous embête ?", il n'aime pas çà. La chaleur des lieux, les couleurs, les boissons chaudes réchauffent nos membres fatigués.

 

Vers l'Opéra. Voilà, des gens commencent à courir, des bouchons se forment. La ville, celle qui bouillonne à la sortie des écoles, en soirée. La République et d'autres rues aux alentours pour éviter tout ce monde mais non, on ne l'évite pas comme çà. Jusqu'à la grande roue, c'est une foule qui s'agrandie, se rétracte vers ...les Soldes!

L'hôtel puis la question du soir: Quoi manger ? Se sera des pâtes ...des trucs consommés à la va vite et gras en plus de çà. Nuit.

 

Jour. Le musée des Beaux-Arts. Je crois que je n'y suis venu que pour les Antiquités. Pour la momie. Une momie derrière une vitre ...Je me questionne, je m'y arrête encore longtemps, j'angoisse à l'idée qu'un jour peut être je finirais moi aussi derrière une vitre et qu'on me dévisagera comme je le fais en ce moment. Je comprends pourquoi cette légende des malédictions existe. Persépolis et ses vestiges. La grèce, l'Antique. La sensualité des oeuvres japonaises. Du Claude Monet, du Gericault, pas mon préféré mais tout de même.

 

P1030333.JPG

 

Lyon, on pourrait en faire un roman, une épopée pourquoi pas. Mais je ne suis pas auteur à la hauteur. Je suis juste un voyageur, nous sommes des voyageurs, des chercheurs d'or sur une presqu'île.

 

P3131724.JPG

 

21.01: K-W-H-Q ....que faire de ces lettres au Scrabble, je vous le demande, surtout s'il ne reste plus de lettres à piocher et que le jeux et quelque peut "bloqué" ...KWH -I-Q

 

 

 

PS: Désolée pour les photos, nous avons eu un temps de merde!

Publié dans We are free

Partager cet article
Repost0

Les lieux cachés

Publié le par Des choses et autres ...

 

P1030162

 

 

Il faisait beau. On s'est dit "Tiens, pourquoi pas aller par là et on verra bien?!". Et puis on a fait une vingtaine de kilomètres, on est passés par des forêts, des chemins étroits, des plaques de verglas, des villages de quelques habitants; on s'est tout de même arrêtés pour contempler l'église de Relanges, une église romane du XII ème siècle. Et puis on s'est dit qu'on avait envie de voir des ruines. On est repartis vers Saint Baslemont. Village de 89 âmes et quelques chats. Des chevaux aussi. Deux. Le château de Saint Baslemont était là, il nous attendait. Il surplombe la forêt de Darney. Il est un peu cassé par toutes ces années, ces siècles même ( avant le XI ème paraît-il), par l'incendie de 1975. Il ne reste plus grand chose à vrai dire, mais que de belles choses. Deux hautes tours dîtes " à poivrières" du XVII ème siècle ( autrement dit,  des tours rondes, surmontées d'un toit en cône.). Le lieux n'est pas clôt. On peut y faire le tour mais attention aux gravas. La cour intérieur est en désordre et semble en cours de reconstruction même si l'on y rencontre personne. C'est un lieux où le temps semble s'être arrêté. D'ailleurs, le temps s'est arrêté dans ce petit village de Saint Baslemont. Calme, tranquille, avec cette douce odeur de bois fumé qui paraît imprégné dans les vieilles pierres de certaines bâtisses.

Un petit chemin qui mène vers le soleil. A se promener là, j'ai l'impression d'un lieux unique, propice au repos, à la sérénité. Un petit vent frais mais qui réveille, la chaleur des rayons du soleil dans le dos, le sourire de son amoureux et puis voilà, rien d'autre.

Il en faut peu pour être heureux.

Publié dans We are free

Partager cet article
Repost0