L'horizon

Publié le par Manu

L'horizon

Je ne sais quoi te dire. Je t'écris, c'est tout.

Cette nuit, j'ai rêvé que je perdais une dent, qu'elle s'effaçait, s'effritait. Je sais que c'est toi. Je sais que cette perte, ces larmes, c'est toi.

Tu me manques déjà.

Il me semble t'avoir parlé dans la nuit, il me semble qu'il faisait nuit noire et que tu n'étais qu'un voile, une poussière. Peut-être était-ce toi, cette voix, tout en haut de cette pièce, tout en haut de cette tour d'argent ? Était-ce toi toutes ces nuits, mes peurs, mes angoisses, était-ce toi ?

J'ai l'impression que l'immensité est là, sur mes épaules, le poids de celle-ci me fait tanguer, comme une barque...je ne sais plus vraiment quel jour nous sommes et comment j'ai soudainement appris ton départ. C'était bien trop tard.

Je n'ai pas su t'aider. Pas à temps.

Me pardonnera-tu ?

J'écris de longs monologues dans ma tête afin de ne rien oublier. Mes larmes s'accableront du reste.

Te souviens-tu de cette dernière année ? Où nous avons couru en riant après un bus manqué …

Le bus est passé et ne s'est jamais arrêté.

Il y avait l'horizon, s'offrant à nous, à toi, à moi. Il y avait le ciel bleu et voilà.

Ma peine est immense. L'horizon paraît si vaste.

Il pleut des poussières d'étoiles. Un papillon de nuit me regarde.

C'est toi.

Publié dans Les mots

Partager cet article
Repost0

La fin d'un jour

Publié le par Manu

La fin d'un jour

Dans la nuit, face au fleuve d'argent.

Il y a ces ombres qui passent, ces camions chargés d'ombres, enjambant l'or dilué des étoiles.

Peut-être vont-ils à Ungava, le pays le plus lointain. Là où le temps reste à jamais gravé sur les os.

Là d'où ils viennent, où ils vont, il n'y a qu'un ciel et nous vivons tous en-dessous.

 

Le départ d'un ami proche m'a donné envie d'écrire. Comme avant. D'expulser mes angoisses, de faire briller ce qui n'a plus de nom. Plus de corps. Plus d'âme peut-être ... 

 

Dans ce dernier message écrit sur papier, tu disais «  Salut, mais c'est pas encore fini, il y a encore demain. » 

Alors demain et tous les jours d'après, je continuerai d'écrire, comme avant, je t'écrirai l'infini...

 

 

 

Publié dans Les mots, Entre les lignes

Partager cet article
Repost0