Graziella, Alphonse de Lamartine

Publié le par Manu

 

graziella

 

Au lycée, nous avions étudié de nombreux textes sur le courant romantique, mon courant artistique préféré. Par dessus les mots des grands romantiques du XVIIIème siècle, il y avait le tableau de Friedrich, le Voyageur contemplant une mer de nuages (1817 - 1818 ). Quand je lisais quelques vers de Keats ou un peu de Nerval, je pensais à ce tableau et j'essayais de voir l'auteur tel qu'il aurait pu l'être en écrivant ces quelques mots: rêveur devant un paysage somptueux, impénétrable. Pour moi, le courant romantique reste le plus mystérieux que je puisse connaître. D'abord parce qu'un auteur romantique va parler essentiellement des choses de l'amour et puis de la nature, de ce qui fait le monde, de ses pensées. C'est une psychologie de l'âme, une façon de faire vivre les pensées à travers une peinture à l'huile, un poème. 


Parmi les nombreux auteurs que compte ce courant culturel ( Poe, Gautier, Nerval, Keats, de Vigny, Stendhal, Sand ...),on peut citer Alphonse de Lamartine qui aura été un des plus grand et des plus beau poète de sa génération. Si on lit surtout les Méditations poétiques à l'école, ses récits autobiographiques et histoires de voyages sont passionnants et j'y classerais par là même son roman, Graziella, écrit en 1849, hautement autobiographique, 

Graziella, un roman que je connaissais de nom grâce à mes cours de littérature mais que je n'avais jamais eu entre les mains. L'histoire se déroule en Italie, près de Florence. Lamartine est en voyage avec un ami et une promenade en mer va mal se dérouler ...Les deux amis vont faire la connaissance d'une famille de pêcheurs pauvres et de leur fille, Graziella. Une idyle entre la jeune fille de 16 ans et entre Lamartine, qui a l'époque n'a que 20 ans, va naître.


Une histoire d'amour belle et touchante, poétique mais destructrice. Graziella, c'est le roman d'un voyage initiatique vers les chemins ensoleillés de l'Italie, un pays qui laisse rêveur et puis une rencontre, un amour presque impossible entre un jeune homme de bonne famille et la toute jeune fille d'un pêcheur, un peu naïve. Lamartine peint ici un portrait de la jeunesse romantique, curieuse de découvrir les attraits de ce monde, aborde ses chères amours de la Littérature en lisant par plusieurs fois Paul et Virginie à la famille de pêcheur, sans oublier le côté pathétique de l'amour avec une promenade seul, fuyante vers Pompéï, un moment très beau du roman ou l'on ne peut que rester contemplatif comme le jeune Lamartine a du l'être devant le Vésuve.

 

Graziella est un roman qui se lit tranquillement et paisiblement au jardin, sous le soleil ou bien sous l'orage auprès du feu la nuit ... pour ajouter ce côté romantique à la lecture de ce livre simplement sublime.

 

 

 

En ce moment, je commence la lecture du livre de Hiraide Takashi, le chat qui venait du ciel. Un roman japonais sur un chat qui va transformer la vie d'un jeune couple qui emménage tout juste dans un nouvel appartement. Le roman s'annonce bien, très bien même et je pense qu'il pourrait plaire à Aurélien !

 

Bonne lecture à tous !

Publié dans Entre les lignes

Commenter cet article

Ton Chaminou 12/06/2013 12:12

J'aime bien ton article, je le trouve clair et concis, et surtout, il a ce petit truc qui nous fait dire que Graziella est certainement un livre très intéressant ! ;)

Manu 12/06/2013 14:08



Merci très cher

Balladine 12/06/2013 11:47

Amoureuse des chats, La lecture de "ce chat qui venait du ciel" me tente bien..Bonne journée

Manu 12/06/2013 14:07



J'en ferais un article très prochainement ! Bonne journée :)