Le bordel des étiquettes

Publié le par Manu

P1140356.JPG

" Oh la jolie robe fabriquée en Chine ! "

 

Acheter français est devenu un véritable casse tête pour tous ceux et celles qui souhaitent faire un geste pour l'économie ou bien pour l'écologie ou encore les deux.

Il y a quelques temps, je me suis fixée un but: ne plus acheter de produits cosmétiques testés sur les animaux. Du coup, je fais attention à mes achats, mais la question des vêtements n'est venue qu'après ...et Aurélien a eu la bonne idée tout à l'heure de faire une liste intelligente: noter la répartition de nos vêtements selon leur provenance de fabrication.

 

En effet, vous avez sans doute du remarquer que la plupart des vêtements proposés en magasin vient d'Asie, ou de quelque part à l'autre bout de la planète. Je pense au Bangladesh par rapport à une émission sur les " secrets de fabrication " de nos vêtements. Ces textiles sont  vendus la peau des fesses en France et ailleurs en Europe et achetés une misère aux pays qui les confectionnent. Et puis sans oublier les petites mains que l'on paye une misère. Tout cela pour arriver à ce que l'on sait: une usine qui s'écroule et plus de 1100 tués, des ouvriers malades et intoxiqués, des conditions de vie dégueulasses.

Et nous continuons de fermer les yeux, d'acheter ces produits fabriqués là-bas. Il n'y a pas que les vêtements évidement, mais quand je vois certains blogs mode sur la toile, je me dis que les vêtements ne connaissent pas la crise.

 

Alors j'ai fais ma liste. Depuis quelques années, j'ai accumulé pas mal de fringues; beaucoup n'ont plus d'étiquettes et il a donc été difficile d'en connaître la provenance. Néanmoins, les quelques vêtements sans étiquettes ou aux indications effacées ne sont sans doute pas fabriquée en France. Sur un échantillon de 50 vêtements environs, plus d'une vingtaine n'ont plus d'étiquettes, donc ceux ci, nous n'en parlerons pas.

 

Voici donc les autres provenances avec en tête de liste: 

La Chine: 12 vêtements fabriqués par la Chine. La Chine, le fournisseur n°1 mondial en vêtements pour l'Europe.

J'ai listé quelques marques produisant les vêtements en Chine dont: Asos, Benetton, Camaïeu, Phildar, Bonobo, Somewhere ... des marques qui, pour quelques unes d'entres elles, proposent des vêtements plus " éthiques" ou dit "biologiques" ...

En seconde position deux pays: la France et l'Italie. Des marques comme Zadig et Voltaire, Axara, Les Possédés, fabriquent encore en France. Pour l'Italie, notons La Fée Maraboutée et Pennyblack. Des marques évidement hors de prix, sauf si comme moi vous faites les Emmaüs !

Ensuite viennnent dans l'ordre: l'Inde, la Roumanie, la Tunisie, l'Espagne, le Bangladesh et Macao, le Portugal et la Turquie, l'Indonésie, le Maroc, la Hongrie.

 

Et parmi toutes ces marques, il y a bien entendu les petits cachottiers qui ne donnent aucune information sur la provenance des vêtements: Naf Naf, Ekyog ( qui est pourtant une marque " éthique " proposant des vêtements en coton bio, bambou, soie ... ), Esprit, Version Originale ( chez les Galeries Lafayettes )... et le cas Petit Bâteau. J'en ai déjà parlé sur ce blog il y a quelques temps. J'ai actuellement plus de 20 articles de cette marque. Parce que j'aime la simplicité des produits, la douceur des petites culottes ou même des tee shirt etc ... mais niveau communication, ils sont nuls.

On nous met des couleurs bleu, blanc, rouge partout, sur les pochettes en carton, sur les petites étiquettes, sur les cartes d'invitation pour promouvoir le " fait en France" qui n'ai même pas fabriqué en France, où du moins, seulement 20% du produit. C'est à dire que les 80% qu'il reste sont fait quelque part dans des ateliers au Maghreb. La marque ne souhaite pas jouer la transparence avec ses étiquettes, les consommateurs et les journalistes de QUE CHOISIR, et c'est bien dommage.

Parmi les étiquettes un peu sombres, on a également celles qui notifient un produit " designed in France " ... pleins de points d'interrogation.

Et puis je me pose la question de l'assemblage, des fils utilisés, des boutons et autres petits trucs qui doivent faire le tour de la planète avant de se retrouver dans nos armoires pleines à craquer de chiffons.

 

Il y a quelques jours, j'ai effectué une commande sur le site ASOS. J'avais repéré une jolie robe de la marque Pop Boutique, une marque britannique qui, soit disant, recycle des fringues mais fait également du commerce d'autres fringues ... enfin un peu mystérieux tout çà. J'ai donc commandé cette robe et me suis retrouvée à faire la moue devant une pauvre étiquette " Made in China " avec des coutures horribles et des fils qui dépassent.  Évidemment, sur le site d'Asos, rien n'est notifié, ni même chez Pop boutique. Comment le consommateur se retrouve t-il ? Est -on réellement obligé de passer par le " fabriqué en Chine " pour s'habiller aujourd'hui ?

Je pense que oui. Parce qu'on est devenu de plus en plus radins, parce qu'on veut tout pour rien, le moins cher possible, quitte à acheter un nouveau manteau dans un an. On se fout de la qualité, on préfère le prix. On ne regarde plus les étiquettes, à quoi bon.

Et l'économie dans tout çà ? On manifeste dans les rues parce qu'il n'y a plus de boulot, parce que tout le travail part dans ces pays exotiques ... mais ne faudrait-il pas revoir nos façons de consommer ? Mieux et moins ?

 

Malheureusement, les grandes marques qui profitent des petits pays qui fabriquent nos vêtements ne sont pas prêts de changer leurs habitudes, c'est à dire signer une charte en faveur des conditions de vies améliorées des ouvriers du Bangladesh ou d'ailleurs; proposer des vêtements éco-conçus à un coup d'achat un peu plus faible, histoire que tout le monde puisse en profiter; mettre en oeuvre une aide de l'Etat pour la réalisation de produits fabriqués dans le pays ... et que sais-je encore.

 

Et si on ne peut vraiment pas se passer d'acheter encore en toujours des fringues, alors choisir ses achats en fonction des étiquettes, des tissus utilisés ... bref, devenir exigeants !

 

 

 

Voir le lien vers l'Institut Français de la Mode ici pour les chiffres de 2012.


Et puis deux sites proposant des entreprises qui fabriquent en France :

La fabrique hexagonale

100% made in France

Publié dans Et pendant ce temps...

Commenter cet article

Axelle 17/07/2017 22:05

Pour info, la marque Morgan fabrique en France (bien indiqué sur l'étiquette).
Enfin peut être pas tout, c'est seulement la première fois que j'en achète un

Manu 18/07/2017 09:04

Bonjour Axelle, merci pour ce commentaire! Je vais aller voir cet après-midi la boutique Morgan ... je prépare un article à venir très prochainement sur les marques qui fabriquent en France, l'occasion de faire un tour d'horizon !

walt 12/06/2017 03:46

Petit bateau fabrique en chine et, c est indiqué en ... chinois (que j ai étudié...) sur l étiquette, un vrai scandale, a éviter...

Manu 12/06/2017 19:29

Bonjour Walt,
Effectivement, sur une robe achetée récemment je retrouve bien une étiquette avec du chinois ou ce qui y ressemble, mais pas de traduction ... je pensais que c'était pour l'éventuelle clientèle asiatique. Trouver un vêtement fabriqué en France, ou du moins, en Europe, devient un parcours du combattant !

Balladine 24/06/2013 10:25

Bravo pour cette prise de conscience! Je fais de même, j'ausculte les étiquettes et dans les magasin parfois les vendeuses me regardent un peu bizarrement ... Oui est -on réellement obligé de
passer par le " fabriqué en Chine " pour s'habiller aujourd'hui, et bien non! Mais quelle énergie faut-il déployer.
Pour ma part (mais je suis moins jeune que vous et je me fiche un peu de la mode) je m'habille très bien dans les dépôts ventes ou les boutiques dégriffées à des prix défiant toute concurrence,
mais il faut avoir du temps!
Bonne journée!

Manu 24/06/2013 20:27



Oui, je fais aussi la même chose avec les étiquettes, les vendeuses peuvent me regarder, çà m'est égal ... mais je pense qu'une autre " mode " est possible... si les gens s'y mettent petit à
petit. Les dépôts vente, c'est génial çà aussi. On trouve de jolies choses parfois et j'aime beaucoup cette façon de chiner, de ne pas savoir ce que l'on va trouver ou même de faire une bonne
action comme pour les Emmaüs. Il y a du boulot à faire en terme d'étiquettes équitables !