Les pièces jaunes et des océans vidés

Publié le par Manu

P1170010-copie-1.JPG

 

N'oubliez pas les pièces jaunes : çà commence aujourd'hui et c'est jusqu'au 15 février !

Les pièces jaunes, c'est cette petite tirelire que l'on connait tous et que l'on trouve à l'école, au bureau de poste, chez certains commerçants ... Je trouve cette initiative super chouette, pour aider les enfants et les ados à vivre mieux dans nos hopitaux de France. Et puis çà nous enlève du poid dans les portes monnaies !

 

 

 

poissons-seoul.jpg

Slate.fr

 

Doit-on encore manger du poisson ?

 

C'est la question que je me suis posée hier en regardant un documentaire sur le sujet. Pourtant, il y a moins de 10 ans de cela, mes parents, mon entourage ou même à la télévision, on nous disait de manger du poisson parce que c'est sain, que certains poissons sont moins chers que la viande et que surtout, il y en avait encore beaucoup ... à l'époque. On pensait certaines espèces inépuisables, un peu comme le pétrole quand on l'a découvert, mais comme tout ce qui vient de cette planète, tout s'épuise.


Aujourd'hui, 1 espèce de poisson sur 3 est menacée d’extinction et la moitié parvient tout juste à se renouveler. 7% des espèces marines ont disparu depuis 1950. 29% des 600 espèces pêchées dans le monde sont en voie d’extinction total. Il est possible de trouver une liste de poissons à éviter de manger sur internet: le thon rouge de Médittérannée, le Colin d'Alaska, le Cabillaud ... en j'en passe. 


D'autres poissons sont dit "à problème" car ils contiennent des substances nocives pour l'Homme tel la Morue ou le Cabillaud de Norvège ou d'Ecosse, la Sole du Pacifique avec des risques de PCB, pesticides, dioxines ...


Dans le reportage d'hier sur France 5, il était question de "quotas". L'Europe les a instaurés afin de réduire la surpêche et du coup, de limiter l'épuisement trop rapides de nos océans. Sauf que, au vu de la consommation de poisson actuelle, les quotas sont vites atteintes et il faut maintenant exporter le poisson pour se soumettre à la forte demande des consommateurs. Si la France ne comptait que sur sa seule production de poisson, pêche ou élevage, pour sa propre consommation, on ne trouverait plus de poissons à vendre à partir du 21 mai. C’est la conclusion de la New economics foundation (NEF) et d’Ocean2012, une alliance d’ONG, qui publie chaque année un rapport sur « la dépendance croissante de l’Europe à l’égard du poisson d’ailleurs ». Le rapport calcule quel est « le jour de la dépendance à l’égard du poisson », c’est-à-dire le jour de l’année où chaque pays n’est plus autosuffisant. Le rapport fait le lien entre la consommation du pays et le total des prises de ses pêcheurs dans les eaux nationales et européennes, y ajoutant les produits de l’aquaculture.


Alors, une poignée d'intéressés à ce problème de surpêche cherchent des manières de développer la pêche tout en le faisant de manière durable, écologique et considèrent également que le poisson doit être mieux considéré lors de la pêche ( pas de filets jetés pour des tonnes et des tonnes de poissons écrasés à la sortie de l'eau ...) Ce qui est fou là dedans, c'est que des chercheurs viennent à peine de mettre en place des recherches scientifiques pour démontrer si oui ou non les poissons souffrent lors de leur pêche. Si cela venait à être démontré, il faudrait alors revoir la façon de pêcher, les quotas et tout ce qui s'ensuit...


Quoi qu'il en soit, entre quotas, surpêche, substances nocives et autres problèmes liés à la pêche, tout me parait encore bien flou et les grandes instances européennes ont du mal à prendre des décisions ... mais il en va aussi d'autres pays de la planète, entre ces pays qui pêchent, importent ou découpent les poissons, tout est liés et tout s'enmêle.

Il serait peut être temps aussi pour le consommateur de sortir la tête de l'eau et de comprendre, d'analyser et surtout de penser à une autre consommation, plus actuelle.

 

( source: consoglobe)

Publié dans Et pendant ce temps...

Commenter cet article

Ton Chaminou 08/01/2014 17:09

J'admets que le reportage ("les" même)d'hier sur Arte étaient très intéressants sur la question de ces poissons pêchés abusivement par les flottes industrielles, voire rejetés pour certains...
Heureusement qu'il y a des personnes pour penser différemment mais elles ne sont que trop peux. N'oublions pas non plus le cas de ces travailleurs pauvres d'Asie voire d'ailleurs... Sinon,
savais-tu que la morue et le cabillaud formaient un seul et même poisson ?!

Manu 08/01/2014 18:21



Effectivement, je ne les ai pas oubliés non  plus les pauvres travailleurs d'Asie, mais çà, ce n'est pas pour faire un discours moralisateur mais plutôt pour se poser les bonnes questions,
critiquer sans trop le faire non plus. Oui, le cabillaud is the morue ! ouais sauf que je préfère parler de cabillaud, çà fait moins " sale morue !" Merci pour ton commentaire chaminou