Michael Kohlhaas: sombre et esthétique

Publié le par Manu

 

michael-kohlhaas.jpg

Mads Mikkelsen: aussi sombre et beau que son personnage.

 


La sortie cinéma du jour nous rappelle que le beau temps ne dure jamais: pluie = cinéma. Aujourd'hui, nous avions le choix entre un film français qui a fait son show au festival de Cannes cette année, un autre assez spécial niveau choix de l'histoire et un film un peu sombre avec un acteur excellent. Nous avons fait le troisième choix: Michael Kohlhaas.


Les premières minutes du film sont quasi muettes et j'avoue avoir eu peur pour la suite: vais-je m'endormir ou même quitter la salle avant la fin? Mais finalement, on est rapidement happé par l'histoire.

 

Au cœur des Cévennes, autour du XVI ème siècle. Michael Kohlhass est un marchand de chevaux qui vit paisiblement dans son domaine avec sa femme et sa jeune fille jusqu'au jour où, voulant se rendre à un marché de chevaux, il se heurte au baron du coin qui lui demande de payer un droit de passage. N'ayant pas d'argent sur lui, Kohlhass est prié de laisser deux de ses somptueux chevaux au baron qui va les malmener. Va s'ensuivre une guerre entre le baron et le marchand qui va demander réparation; sa demande sera rejetée trois fois. Kohlhass va alors vouloir se rendre chez la princesse afin de plaider sa cause, mais sa femme insiste pour y aller elle même. Malheureusement, le lendemain, Kohlhass va retrouver le corps de sa femme inanimé et va alors chercher à se venger avec l'aide de ses valets.


Michael Kohlhass est un film difficile à juger. Le film est beau, sombre, inquiétant parfois ( la bande son, parfois entêtante), mais sublimement porté par Mads Mikkelsen, acteur atypique qui donne au personnage toute sa sensibilité et au film une certaine esthétique. Les paysages et décors sont magnifiques, les scènes de chevauchées, de fuites à travers le brouillard sont captivantes. Reste la lenteur du film, des scènes parfois un peu longues et l'interrogation finale, le questionnement sur la justice … Rendre justice mais perdre la vie, une réflexion utile aussi bien hier comme aujourd'hui. Un beau film étonnant et prenant mené par Arnaud des Pallières qui n'oublie pas les seconds rôle comme celui de Mélusine Mayance, la fille de Kohlhass, épatante tout au long de l'épopée.

 

A voir !

Publié dans Let the camera roll

Commenter cet article

Ton Chaminou 24/08/2013 21:57

Il est bien ton article voyons ! :)

Manu 25/08/2013 10:47



Merci chéri