Poteries

Publié le par Manu

P1140622.JPG

 

 

Il y a d'abord la terre, difforme et sans vie, grise et lourde. Il y a le soleil et la lumière, les reflets dorés, le rouge translucide, le bleu qui me rappelle tant l'océan, le vide ... plonger les yeux dans un vase, c'est chercher à percer le mystère des couleurs. Au soleil, on aperçoit l'émail qui se détache peu à peu, tel un objet qui vieillit, des rides du temps. La terre est une mythologie, un mystérieux élément que l'homme se plaît à donner vie, en toute liberté. La terre, ce jour, était toute la diversification de ce monde, entre beauté, fascination et déchéance.

C'était hier, le marché aux potiers. Nous étions sur la colline qui surplombe les terres lorraines et il faisait magnifiquement beau. Un marché, ses milles saveurs, ses milles couleurs. L'ambiance était familial, idéale pour s'attarder devant des objets uniques, étranges parfois, beaux simplement. Chapeaux et petites robes légères, la bohème:

 

"Souvent il m'arrivait
Devant mon chevalet
De passer des nuits blanches
Retouchant le dessin
De la ligne d'un sein
Du galbe d'une hanche
Et ce n'est qu'au matin
Qu'on s'asseyait enfin
Devant un café-crème
Epuisés mais ravis
Fallait-il que l'on s'aime

Et qu'on aime la vie"

 

C'est qu'il aime garder des secrets ce marché, des figures qui se distinguent dans l'asphalte, des couleurs étranges qui apparaissent dans le sombre d'un raku. Et le Japon dans tout çà ? Le Japon dont nous vient cette étrange idée de donner vie à de la terre, de leur donner une forme tridimensionnelle, diluvienne. Fukushima ne nous a pas épargné... les oeuvres en témoignaient.

 

P1140589.JPG


Dans le verger du couvent, des ombres se dispersaient çà et là au détour d'un arbre, d'une vie, des masques fragiles accrochés à même le fer, des bouts de vie dispersées, des ronds qui n'étaient plus rond et quelques rares expressions de vie, le ventre rond. Mais tout cela n'empêchait pas les fleurs de pousser et les papillons de nous frôler. La terre est là, fragile et suspendue dans le vide, comme un glissement de terrain. La terre sous différents aspects, empaqueté, aux mains qui l'a font germer. Créer la vie autrement, redonner des couleurs au monde qui a souffert, c'est un peu tout cela la poterie.

Publié dans C'est subjectif

Commenter cet article

Ton Chaminou 07/07/2013 15:47

C'est assez particulier ! Est-ce plutôt un article d'écriture à tendance poétique ou plutôt une sorte de récit sur l'évènement ? Je m'y perds un peu...

Manu 07/07/2013 15:51



Ahaha ... à vrai dire, je ne saurais répondre. Je pense que c'est surtout écrit comme çà, sans vraiment penser à quoi que ce soit ... et je conçois donc que cela paraisse dur à lire !