Que faire quand il fait moche ?

Publié le par Manu

La réponse à cette question est sans équivoque: lire ou bien faire de la pâtisserie. ( Où encore jouer au Scrabble, regarder des films cons en mangeant des Haribos etc...) J'ai choisi de faire les deux, lire ou plutôt terminer un Kennedy et également un Houellebecq et aussi préparer une tarte aux fraises ...hum çà ne s'invente pas tout çà!

 

Douglas Kennedy était de sortie cette semaine dans l'émission C à Vous sur France 5 afin de faire la promo de son dernier roman Combien ? déjà édité aux Etats Unis depuis des lustres. ( Il nous avait caché çà, et combien d'autres encore ?). Bref, je venais de terminer Les Désarrois de Ned Allen et j'étais absolument conquise de retrouver l'écrivain dans cette émission. Douglas Kennedy a ce don de la péripétie, du mouvement que d'autres auteurs n'ont malheureusement pas.

Dans les Désarrois de Ned Allen, l'auteur nous conte les mésaventures de Ned, responsable des ventes publicitaires dans une grosse boite américaine. Cette grosse boite va vite l'expédier vers le chomage et de là, vont découler nombreuses aventures fâcheuses qui le pousseront à la ruine, à perdre sa femme, mais pas ses amis. Il va d'ailleurs retomber sur un ami d'enfance qui lui proposera un job quelque peut malhonnête.

De ce bouquin découle une gallerie d'art où déambulent des personnages ( la société américaine) dépeint avec brio par l'auteur. Lui même semble s'amuser de ses personnages et créé ainsi une fresque rocambolesque qui nous tiens en haleine jusqu'au dernier mot.

J'ai lu de nombreux romans de Douglas Kennedy, mais je dois dire que Les désarrois de Ned Allen est de loin mon préféré. Il n'y a pas un chapitre qui se ressemble, pas un seul moment où je me suis ennuyé, où je me suis dis " Je vais passer à un autre bouquin". C'est presque un livre à l'histoire sans fin (enfin, on voudrait que l'histoire continue, créer une "suite" à ce bouquin!); mais c'est également un livre où tout se termine bien, comme dans les films américains.

Du coup, je me demande bien de quoi peut bien parler Combien ?... affaire à suivre!

 

P1050400.JPG

 

Parallèlement, je me suis mise en tête de lire un Houellebecq, Les particules élémentaires. Un livre trouvé par hasard, un écrivain que je connais juste de nom et de tête qui avait l'air fort sympathique, un avis assez favorable de ma soeur " C'est bien!". En rentrant à la maison avec ce bouquin, je me demandais de quoi cela pouvait-il bien parler. Sans doute quelque chose de l'ordre biologique, un livre peut être chiant, mais intéressant d'un point de vue physique. Alors j'y suis allé, j'ai commencé les quelques premières pages et je me suis vite perdue entre les lignes équivoquent de ce roman mi-pornographique, ni-eau de rose, mi-théorie des molécules qu'on ne connait pas mais qu'on va connaitre grâce à un homme ou plusieurs hommes dont la vie humaine reste l'énigme inavouable. Le livre à ne pas mettre entre toutes les mains explore la vie particulièrement atypique et libertine de Bruno, la quarantaine, l'air bête, obsédé, raciste et toutes les disgraces du monde; de son frère qui semble être un grand chercheur, le contraire de Bruno qui cherche désespérement l'amour mais surtout l'expérience sexuelle mais qui va rapidement déchanter.

Il m'a été difficile de lire ce livre. Il y a des passages assez durs, assez crus aussi. Mais je l'ai continué non pas parce que je suis une obsédée, mais parce qu'il y avait tout de même des passages intéressant du point de vue "humaniste" des personnages.Ce livre reste néannmoins plat ( point de vue écriture, mouvement des personnages etc) et incontestablement plombant. A ne pas lire un jour de pluie.

 

P1050410.JPG

 

Pour pallier à mes envies de fraises ( pas encore vraiment de saison; les seules que l'on trouvent viennent d'Espagne et soit disant du sud ouest de la France mais elles n'ont pas encore de goût, sans doute pas assez de soleil), je suis passée par le marché de Nancy. J'avais en tête des tartelettes à la fraise. Je n'avais pas de moule à tartelette, juste un moule à tarte. J'ai donc fais avec et le résultat a été plutôt mitigé pour ma part. La pâte sablée, c'était une première, a été très bonne, légère et goutue, la crème à la vanille, pas top ( je suis donc à la recherche d'une bonne recette si vous en avez une ! ) et les fraises étaient très peu sucrées.

Si vous avez des recettes de tartes aux fruits, je suis preneuse!!!

Publié dans Entre les lignes

Commenter cet article

Ton chaminou nocturne aux pieds froids 05/05/2012 23:45

De ton fameux marché, je ne retiens qu'une photo et encore, de dehors ! (et moi dedans)Je me dis que je n'ai pas vraiment un appareil pour les intérieurs... Bref, passons, on est ici pour
s'intéresser à toi ! Je ne sais pas si je lirai le livre de qui tu sais (fénéantise d'orthographe)après ce que tu m'as dit. Le livre d'Eva Joly se passe bien et j'ai hâte de poursuivre et de finir
maintenant que j'ai bien avancé... C'est intéressant de savoir comment fonctionne la justice financière même si je sais que je ne vais pas retenir grand chose à première vue ! Ps : Mmh la tarte !
(quoique les fraises...)

Manu 06/05/2012 11:58



Cher chaminou d'amour,


Bah le marché, c'est du vite fait, mais il y a toujours de jolies choses. Mais pour ton appareil, il y a peut être d'autres fonctions non ? Hum à voir. Il est à ta dispo si tu veux le lire...pas
un jour de pluie! Je suis contente pour ton livre sur Eva Joly, c'était sympa de tomber dessus à la brocante! Hum j'ai mangé la dernière fraise!