Après la frontière

Publié le par Manu

P1150888.JPG

Les tulipiers de Virginie du Parc de la Pétrusse

 

J’aurais sans doute du prendre un carnet pour noter mes impressions sur la ville de Luxembourg, cette belle promesse de l’autre côté de la frontière. J’aurais sans doute du garder une trace de mes idées en mémoire, écrire sur la main des choses qui n’ont pas de sens, ou divulguer mes esprits à Aurélien. Je m’abstiens parfois d’écrire sur des événements comme un voyage, une journée, une nuit alors que ces sorties sont un outil pour l’écriture de mes pensées ; je pense à d’autres choses, j’ai des idées en vrac … alors je dirais que quelques bribes de Luxembourg voyagent encore dans ma tête …


Partir au petit matin, tandis que les chats dorment encore et que la pluie a cessé de tomber, c’est penser à l’ailleurs, à ce qui se trouve à des kilomètres d'ici. Penser à une tasse de thé bien chaude au café de la gare où les habitués prennent un petit café bien fort, lisent leur journal tranquillement. Les voyageurs, eux, se pressent déjà pour visualiser le quai de départ de leur train. Et déjà une idée murit dans ma tête : Luxembourg sera-t-elle comme la dernière fois ? Pleine de rebondissements ?


La trajet semble très long. On découvre de nouveaux paysages, gris et ternes, sans vie parfois comme un parc d’attractions qui semble oublié depuis des années … qui peut bien encore s’arrêter ici, en ce quai de gare où le vent fait voler la chevelure de cette jeune fille ?

Et puis arrive l’arrivée, celle que l’on attendait et qui donne le tournis : le quartier de la gare est un brouhaha ou se mêlent étudiants, familles et vieillards, des gens qui n’attendent pas que le feu soit vert, des grandes rues ou les voitures s’enfilent à toute allure. Bien sûr, nous connaissons déjà ces quartiers, nous les retrouvons avec appréhension même et nous constatons que rien ne change depuis quelques mois …

Plus loin, de l’autre côté du pont, on aperçoit déjà le parc de la Pétrusse, toujours aussi vert et la ville qui bouillonne devant nous. Notre hôtel est juste là, au pied du centre et nous nous y installerons après un bon repas dans un café restaurant où les serveurs aiment les bonnes blagounettes sur les toilettes.

 

A quelques pas de là, on s’activait sur les grandes places de la ville : quelques concerts avaient lieu et déjà la musique résonnait. Un petit tour chez Oberweiss pour prendre un thé bien chaud et puis là encore un nouveau groupe nous enchante avec ses sonorités electro-pop : tandis que la pluie s’abattait sur les quelques parapluies, je prenais la chanteuse en photo, pour garder un petit souvenir de ce groupe déjà signé chez Kitsuné.

 

 

P1150751.JPG

La jolie chanteuse du groupe Portland


Ce que j’aime retrouver à Luxembourg, pas seulement dans la ville, mais partout dans le pays, c’est l’amabilité des gens, leur gentillesse, leur petit sourire au coin quand on leur demande un service. Parfois, je me dis que pour certaines choses de la vie courante, on nous enverrait balader en France, mais pas dans ce pays. Et cela même jusqu’à la présence d’un bar dans notre chambre d’hôtel où comment se sentir chez soi après une bonne journée de balade.


La nuit, je pensais que nous avions de la chance d’être là, dans ce bel endroit, dans cette ville ou les gens s’amusent, où il y a de la musique, de dormir face à la place Guillaume II. Je pensais déjà au lendemain et 1,2,3, je tombais dans les bras de Morphée.


Le soleil, pas comme s’il en pleuvait mais presque. Grâce à lui, porter un sac à dos est une partie de rigolade : notre sac traversera ainsi les petits chemins glissants où la pluie tomba la nuit d’avant, les endroits inédits cachés derrière les jardins au bord de l’Alzette. Tout était paisible, il n’y a avait pas un chat certes, mais c’était grand et beau, comme ces paysages que l’on distingue à peine dans la région de Vianden… et justement, Vianden, portée sur le flan d’un éléphant peint artistiquement me refera penser à de doux souvenirs dans cette ville où Hugo passa lui aussi quelques jours. L’idée de découvrir d’autres monuments, de revoir de beaux châteaux de Princes et de Princesses me fait tourner la tête. Je pense déjà à d’autres voyages, toujours plus beaux …

 

P1150839.JPGLes beaux éléphants de l'Elephant Parade, exposition d'art en plein air pour soutenir les elephants d'Asie.


Après quelques heures de marche dans une ville où les boutiques de luxe luisent le dimanche, nous nous arrêterons quelques fois pour prendre le temps d’arrêter le temps. D’abord dans l’immense parc de la Pétrusse ou des enfants font un tour de petit train et où nous admirons une fois encore les tulipiers de Virginie d’automne. Se prélasser à cet endroit même me fait tout oublier …  Et puis boire un thé chaud dans un café place de Paris où tous les éléments nous laissent à penser que nous sommes là bas, dans ce vieux Paris … bientôt. Il fait encore beau et j’ai peine à croire que le weekend ne puissent se prolonger plus longuement. Pourquoi les bonnes choses ne passent-elles pas au ralenti ?


Au retour dans le train, je pensais aux bras d’Aurélien d’abord et puis à ce carnet de notes laissé à l’abandon quelque part dans un vieux carton. Je me disais que les quelques pensées passées de ce weekend ne referont jamais surface ici ou là et je m’en désespérais d’avance.  Par chance, ce beau weekend m’a donné de belles idées à écrire, histoire de prolonger ces quelques heures sublimes passées en compagnie de mon amoureux … l’oubli fait bouillir les pensées.

 

 

Elephant Parade

 

 

Publié dans We are free

Partager cet article

Repost 0

Everest

Publié le par Manu

P1150692.JPG

 

Quelque part dans mon inconscient, il y a cette image du type qui cherche à repousser ses limites, à aller de l’avant et monte, monte si haut qu’il ne voit presque plus ce qu’il se passe en bas. Consciemment ou non, écouter le nouvel album des Girls in Hawaii, c’est escalader cette montagne mais tout en cherchant à voir par delà les nuages, chercher les limites de l’impossible. Un côté improbable, sombre, impalpable, mais bien là. Un peu comme une présence à laquelle on pense toujours en se demandant pourquoi … pourquoi l’impalpable domine t-il le monde ?

 

Je me souviens de Casper, Flavor ou encore de belles balades sinueuses de From Here to There, posé comme un trophée sur ma chaine hi-fi, cherchant à comprendre ce qui donne d’aussi jolies mélodies … est-ce la Belgique , ses longs paysages que l'on imagine éphémères, est-ce le moment de l’écriture quand l'envie se fait sentir, le choix de l’endroit ou l’on écrit, la patience ou l’impatience d’évoquer de jolies choses ? J’ai l’image d’une vieille baraque inachevée dans le fin fond des Flandres, oui quelque part ou le silence règne, l’ordre et le désordre en simultané et les herbes hautes retranchées. Et je me dis que les Girls ne pouvaient pas trouver mieux …l’autarcie est un doux rêve.

 

J’ai toujours voyagé avec mes cds mais les Girls, eux, ont toujours eu cette facilité à me faire voyager. Je regardais passer les nuages, les paysages et je pensais au monde des Girls, je me demandais si c'était loin, si c'était si incommensurable que çà en avait l'air. Symbolique, apologique, pas qu'un simple disque, un hymne à la nature, au réveil des sens et non pas aux rêves. Je ne sais pourquoi je les aime; sans doute parce qu'on était voisins quelques temps ou juste parce que leur musique est belle de sens.

 

Il ne m’en fallait pas plus pour sauter au cou d’Aurélien lorsque j’ai  découvert l’album caché sous ma nuisette : quelle cachette ! La pochette est belle ; on y découvre une mer démontée qui ressemble fortement à une montagne. A l'intérieur, deux disques. Le nouvel opus du groupe est accompagné de Besides, ces chansons qu'on découvre ou redécouvre un jour où l'autre ....Difficile de ne ressentir aucune émotion. Je repense aux anciens albums, à l'époustouflante batterie de Denis. Ces quelques morceaux nous replongent dans l’époque des Girls de 2004 ou d’après. " Everlasting memory", pourrait être un des titres de l'album mais non... un épitaphe sur une pochette blanche et puis un "Not Dead" qui s'entête.

Voor Ik Vergeet ...<3

 

Et la musique alors ? Inutile de vous faire de longs discours : cet album est magnifique, sombre, beau. J'aime Misses, Not Dead, Mallory's Height, ballade entêtante, ni pop ni electro, de belles sonorités et des effets musicaux intéressants. Et le silence de l'album parfois, j'aime ce silence sur quelques pistes, comme si on ne faisait que frôler les notes, les instruments ...Everest est beau, il donne envie d'écrire même.

 

Il aura fallu attendre pas moins de 5 ans pour enfin découvrir cet Everest … L'Escaut ou l'Everest ? Voir de là-haut comme le monde est beau ... 

 

P1150703.JPG

Publié dans Let's dance

Partager cet article

Repost 0