Là-bas

Publié le par Manu

Là-bas

Tout là bas me donnait envie d'y rester, même les sols gris lavés de poussière. Même les nuages aux épaisses fumerolles. Jamais je n'oublierai d'où je viens, des maisons de briques rouges, des carillons qui sonnent comme une comptine éternelle.

Puis ce jour, ou la vie devait être autre et ailleurs, loin de mes prairies, de mes douces nuits. Je suis tombée fragile, comme une baguette de verre qui se plie sous le souffle chaud d'un souffleur de verre. Je suis devenue comme poussière parmi tant d'autres. Nuisible et fantôme à la fois, frêle et monotone de longs mois.

Pourtant, il y avait toutes ces photos accrochées sur un pan de mur, oubliées quelques fois par le regard cerné d'écrans noirs. Que devient-il du nous ? Comme perdu dans un autre monde, perdu dans un univers qui n'est pas le sien, existant parce qu'il le faut, sans autre raison. Il n'y a de résonnance que dans le cœur de l'amant qui veille …

 

J'avais envie d'écrire sur cet oubli du moi aux confins de l'Avesnois. Cette envie profonde d'y retourner parce que c'est là-bas que mon cœur est resté. Mon cœur d'enfant, expulsé de sa fragile carapace. Mon cœur d'adolescente, vidé de ses longs ruisseaux qui conduisent aux plus beaux paysages.

 

Parfois, pour ne pas l'oublier, mon cœur d'adulte de la ville se referme et s'isole. Il devient triste et morne, parfois dépressif et se tourne vers les photos d'avant : il vit encore ! Les valves s'ouvrent et le ruisseau jaillit : les veines sont inondées de ce sang nouveau qui s'agite, ce chant étrange qui provient de là-bas et qui expire tout bas «  La vie est là, simple et tranquille. »

 

 

Publié dans Entre les lignes

Partager cet article
Repost0

Les moutons ces écolos

Publié le par Manu

Les moutons ces écolos

Certains peignent des moustaches sur les affiches politiques, d'autres les déchirent en petits bouts, comme si le monde allait changer, avec tous ces petits bouts en moins.

Hier je me disais «  et après, que devons-nous faire ? » avancer sans véritable chemin tracé. Le vide, le néant, un gouffre sans fond. Sans fondations.

Ce matin déjà le temps était plus clément. Les écologistes ne s'avouent pas vaincus et la bouteille de cidre pétille toujours dans mon frigidaire.

Sur un journal, il était écrit «  En 2050, plus d'un tiers des enfants d'Afrique mourront de faim si rien ne change au niveau du climat. »

Cela me bouleverse. Je suis bouleversée d'avoir pris le temps de comprendre cela il y a dix ans déjà et de me rendre compte à quel point, dix ans après, rien ne change.

Alors mon vote écologiste ne changera peut être pas la vie de ces enfants d'Afrique.

Peut-être que si, en fait.

Peut-être qu'il y a d'autres chemins, autres que celui que je prend actuellement avec toutes ces autres personnes. Je ne suis pas égoïste, indifférente comme le monde voudrait qu'on le soit aujourd'hui. Je ne le peux pas.

Je me dis que, tant qu'il y aura du bon cidre sur cette terre, il nous faudra aller de l'avant et construire un monde plus vert pour nos enfants. Plein de champs de pommes, couverts d'herbes folles et de moutons.

Publié dans C'est subjectif

Partager cet article
Repost0