c'est subjectif

Ivresse

Publié le par Manu

Ivresse

Le regard pendu au plafond, les mains éternellement liées au vide, je redécouvrais cette pièce. Il était 14h30, que pouvais-je bien faire, seule ? Je regardais passer les nuages, une famille de nuages puis deux, un roulement d'oiseaux en pleine volée, le cœur lourd. Plein de brume. J'implorai les fantômes d'autrefois, sans état d'âme, j'aurai voulu les revoir, rien qu'une fois et puis … je me suis dis que cela ne servirait à rien. Ma quête était ailleurs. Peut-être au delà des songes, quand la nuit ne tombe jamais dans le vide, quand le regard s'arrête sur un bout de tapisserie. Indigo, fluo, détouré et embué. Mes mains m'ont conduit vers une musique, celle qui donne envie de bouger son corps, pleurer à chaudes larmes parce qu'on est là, bien vivants. Les autres, nous regardent. Ils se disent qu'on est bien fous, dans cet ailleurs, derrière nos murs de béton, nos fenêtres sales. Radiés du soleil, irradiés de notes. Le rien m'entoure, le rien m'ignore et je n'en ai que faire. Je danse. De jour comme de nuit. Je danse dans ma tête, feu follet dans les phalanges, j'exulte. Ce sentiment d'ivresse, corps à corps baigné de musique.

J'ai bu ma quatrième tasse de café pur arabica. Nuage de lait dans le ciel à peu près blanc. 

Publié dans C'est subjectif

Partager cet article
Repost0

Les moutons ces écolos

Publié le par Manu

Les moutons ces écolos

Certains peignent des moustaches sur les affiches politiques, d'autres les déchirent en petits bouts, comme si le monde allait changer, avec tous ces petits bouts en moins.

Hier je me disais «  et après, que devons-nous faire ? » avancer sans véritable chemin tracé. Le vide, le néant, un gouffre sans fond. Sans fondations.

Ce matin déjà le temps était plus clément. Les écologistes ne s'avouent pas vaincus et la bouteille de cidre pétille toujours dans mon frigidaire.

Sur un journal, il était écrit «  En 2050, plus d'un tiers des enfants d'Afrique mourront de faim si rien ne change au niveau du climat. »

Cela me bouleverse. Je suis bouleversée d'avoir pris le temps de comprendre cela il y a dix ans déjà et de me rendre compte à quel point, dix ans après, rien ne change.

Alors mon vote écologiste ne changera peut être pas la vie de ces enfants d'Afrique.

Peut-être que si, en fait.

Peut-être qu'il y a d'autres chemins, autres que celui que je prend actuellement avec toutes ces autres personnes. Je ne suis pas égoïste, indifférente comme le monde voudrait qu'on le soit aujourd'hui. Je ne le peux pas.

Je me dis que, tant qu'il y aura du bon cidre sur cette terre, il nous faudra aller de l'avant et construire un monde plus vert pour nos enfants. Plein de champs de pommes, couverts d'herbes folles et de moutons.

Publié dans C'est subjectif

Partager cet article
Repost0

Vintage ou Rétro ?

Publié le par Manu

Vintage ou Rétro ?

Il y a quelques jours, je me suis fais un petit cadeau : ouvrir ma propre boutique en ligne d'objets vintage sur Etsy.

Avant toute chose, un petit retour en arrière s'impose. Amoureuse des vieilles choses, je collectionne les cartes postales anciennes depuis presque deux ans et je sillonne les brocantes à la recherche de beaux objets anciens, qui ont une valeur à mes yeux, sentimentale surtout. J'ai hérité des petits matins matinaux de mon Papa, se lever le dimanche à 5h ne me fait plus peur. J'ai d'abord commencé par des brocantes dans le Nord de la France, puis en Belgique, les brocantes étant généralement généreuses ( oh oui, ces deux termes vont bien ensemble!). Parfois, j'achète des petits riens, des petits objets, des livres pour enfants d'Alain Gréé, des jouets de mon enfance, des verres – le dernier en date est un «  Denver » le dernier dinosaure, trouvé par mon amoureux ! Mais également de la vaisselle : je cherche souvent des assiettes Duralex, ces assiettes aux couleurs pop des années 60 dans lesquelles ma grand-mère nous servait la soupe ou encore un bout de cette merveilleuse tarte à la groseille.

Je suis une éternelle nostalgique. Depuis des années, je rêve d'ouvrir ma boutique-brocante, une vraie pour de vrai, rien qu'à moi. Mais pour le moment, je suis encore une débutante, il me faut du stock et surtout des finances. Alors en attendant, je tente l'aventure d'une boutique en ligne sur le site américain Etsy. Ils ont un onglet « Vintage » sur lequel on trouve un tas de beaux objets, mais aussi beaucoup de choses lointaines et onéreuses. Il me faudra du courage, la tâche s'annonce périlleuse !

Sur le site Etsy, est vintage un article qui a plus de 20 ans d'âge. Un millésime peut être, authentique très certainement, emblématique d'une époque, çà oui ! Pourtant, ce terme « vintage » est partout sur le net, de quoi s'y perdre. Avant d'ouvrir ma boutique, je me suis renseigné sur les mots-clés à utiliser, en vérifiant les fiches produits d'articles proposés sur Etsy et ailleurs et ce terme est absolument partout. Et je n'aime pas du tout ce terme parce qu'on l'emploie à tord et à travers.

L'objet vintage n'est pas forcément un objet « vieux » mais il peut avoir l'apparence d'un vieil objet. Nuances. Nuances de styles et détournement d'un mot qui n'a pas vraiment de définition. Vintage est un mot anglo-saxon dérivé du français 'vendange'. Il fut en premier lieu utilisé en oenologie pour désigner le millésime d’un spiritueux ou d’un vin, et plus particulièrement d’un porto. L’industrie de la mode s’empare du terme dans les années 80 / 90 pour désigner des pièces « millésimées », de « grand cru », c’est à dire des vêtements et accessoires de collections plus anciennes de grands couturiers.

De nos jours, vintage ou look rétro sont parfois utilisés pour qualifier un objet de manufacture récente reprenant les codes stylistiques d’une époque plus ancienne dite vintage : il s’agit alors en réalité d’un objet néo-rétro. Les années 1900 à 1940 sont des époques rétro, tandis que les années 1950 à 1980 sont dîtes «  vintages », voir également les 90's. Les années plus proches des nôtres, 2000 à 2010 sont elles néo-rétro, périodes qui s'inspirent du vintage mais sont en réalité « contemporaines ». Si vous êtes perdu, c'est tout à fait normal ! Allez donc faire un tour au magasin La Chaise Longue par exemple et vous aurez un aperçu de pièces contemporaines qui surfent sur la vague du « vintage » ( mais qui ont été fabriqués il y a un mois, pffffff!)

Duralex vintage 60's
Les fameuses assiettes Duralex

En ouvrant cette boutique en ligne, je me dis que je fais revivre ces objets un peu oubliés, j'en apprends un peu plus sur eux, sur leur époque. C'est une façon comme une autre de renouer avec le passé, de ne pas l'oublier parce que quand même, les assiettes Duralex sont vraiment canons sur une table toute simple, elles décorent, elles sont stylées.

Mais c'est aussi une façon de recycler les objets, de les réutiliser, de ne pas acheter tout le temps...Et puis certaines pièces sont uniques, intemporelles, elles traversent les âges sans se démoder, sans une fissure, sans un éclat. Les objets vivent à travers nous, ils voyagent parfois jusqu'au bout de la Terre... tiens, justement, mon joli plateau de Rhodes intéresse une dame aux États-Unis ! C'est chouette, il en a déjà parcouru des miles... et ce n'est pas terminé pour lui !

 

Visitez ma boutique: brocante en ligne !

Cet article a été très largement inspiré par le blog Vintage Les Vieilles choses

Partager cet article
Repost0

This Light *

Publié le par Manu

Pochette de l'album " Nocturne" de Girls in Hawaii

Pochette de l'album " Nocturne" de Girls in Hawaii

Il me semble que dans un autre rêve, je volais.

Il me semble que le soleil était bien plus proche de moi.

Il me semble que les prairies, les forêts, n'ont jamais été aussi vertes.

Il me semble que je rêvais d'un autre monde.

Un ailleurs, un monde meilleur.

 

J'ai toujours rêvé d'un monde meilleur. Depuis l'école, le collège et plus tard encore, je rêvassais de grands espaces, de terres inondées de soleil, d'animaux étranges et féeriques. Mes cours de sciences et vie de la Terre me donnaient parfois des idées, des hypothèses de mondes nouveaux, à découvrir. Mais que reste t-il à découvrir ? Les fonds marins, la terre dessous nous, celle que l'on creuse à grandes machines pour en extraire … le peu de jolies choses qu'il nous reste ?

Aujourd'hui, j'ai vu des œuvres relatant la vie, la genèse de notre Terre et sa destruction. L'exploration de l'Enfer, la tourmente des peuples qui se heurteraient à une probable dissolution de tout, tout ce qui nous entoure. Les couleurs étaient vives, parfois criardes et j'ai toujours pensé que l'apocalypse serait un jour peint de noir, rien que du noir. Mais ici, l'apocalypse, c'est l'éclatement de toutes les couleurs de notre planète, voilà pourquoi çà n'était pas que du noir, voilà pourquoi çà n'était pas si sombre. Les tentures étaient belles, pourtant l'histoire était triste.

Il y avait aussi une œuvre imposante ; de nombreuses pampilles brillaient, tournoyaient dans le vide. De près, çà n'était pas vraiment des pampilles. Des animaux empaillés étaient retenus par des bouts de détritus, des pierres, des choses étincelantes mais dont l'existence dans nos océans, nos forêts déterminent la disparition de nombreuses espèces. L'art choque, signifie quelque chose, veut nous questionner. C'est un message et il serait bon d'en prendre connaissance.

Il y a quelques temps, j'ai écris la nouvelle que vous lirez peut-être ci-dessous. Je la gardais dans un coin de mon ordinateur depuis des mois, en me disant qu'elle devait servir à quelque chose, du moins être lue par quelqu'un. J'ai pris beaucoup de temps pour l'écrire. L'actualité l'a façonné, déterminant les chapitres, ses personnages. Elle me tient particulièrement à cœur ; elle aussi est un éclatement de couleurs, de voix.

DIX RACINES D'ARBRES

 

 

This Light* - Nouveau titre de Girls In Hawaii -  en image, la pochette de leur album à venir en septembre !

Publié dans C'est subjectif

Partager cet article
Repost0

1 2 3 4 > >>