Passer du temps au jardin

Publié le par Manu

Tircis-049.jpg

Tircis

 

Le beau temps revient et petit à petit, les fleurs se développent, les insectes apparaissent. Les petits, comme les plus grands insectes, mais surtout les papillons, ceux que je préfère observer lors d'une ballade au jardin.


Il y a peu, j'ai fais l'acquisition du dernier magazine Biomood qui parlait justement des papillons, en donnant une fiche plus ou moins détaillée de ces insectes. L'article faisait référence à l'association Noé Conservation qui propose actuellement de recenser tous les papillons de nos jardins en France. Et j'ai adoré cette idée: passer du temps dehors, au plein air et chercher après des papillons, apprendre à les reconnaître, savoir quelle plante ou quelle fleur mettre à tel endroit pour les attirer etc ...

 

Citron-007.jpgCitron


Armée de mon petit carnet et d'Aurélien, je passe donc un peu de temps lors des journées ensoleillées à courir après les papillons qui daignent se montrer: la tâche est difficile, les papillons ne traînent pas et sont difficilement reconnaissables au début mais l'on s'y fait ... en quelques jours, nous avons ainsi pu rencontrer une quinzaine d'individus, en particulier des Tircis ainsi que des Vulcains.


Ce que je peux dire pour le moment, c'est qu'il est difficile de retrouver certaines espèces d'année en année. Je repense à un Machaon que nous avions vu l'an passé sur un arbuste ... mais le mauvais temps n'améliore pas les conditions de vie des papillons non plus. Les papillons adorent le soleil et dès qu'un nuage apparaît, les papillons s'éclipsent.

 

Vulcain-004.JPGVulcain


Quoi qu'il en soit, le milieu dans lequel nous nous trouvons va faire pencher la balance: les papillons sont multiples dans les champs sauvages, les bois, les endroits en friche ... Il est donc important de garder une partie de jardin à l'état " sauvage", mais pas seulement. Il faut s'inspirer des milieux naturels qui nous entourent, ne pas chercher à ajouter telle ou telle fleur que l'on pourrait trouver en méditerranée et non chez nous, dans les Vosges, créer une mare, un petit point d'eau ...

 

L'idée d'un observatoire à faire chez soi m'apparaît comme une solution à la sauvegarde de certaines espèces. En me promenant dans le jardin tout à l'heure, je me disais que j'en voyais beaucoup plus étant enfant; j'avais un filet à papillon et j'adorais les attraper pour les relâcher après ... ou bien me dire que leurs ailes étaient constituées d'une poudre qui leur permettait de voler, comme Peter Pan.

Et puis un jardin sans papillon, c'est triste non ?

 

Noe Conservation : L'observatoire de la biodiversité des jardins: les papillons

 

( l'opération escargots est également de la partie ! )

 

 

 

Crédit photo : http://focus85.over-blog.com

 

 

Et pour les plus nostalgiques: Help Taxi, de Richard Gotainer !

 


 


Partager cet article

Repost 0

Parc Animalier Sainte Croix

Publié le par Manu

P1130624.JPG

 

Sous la pluie, le parc animalier Sainte Croix, situé au village de Rhodes dans la Moselle profonde, devient plutôt un parcours sous la gadoue, K-Way et bottes de rigueurs. Mais on s'en foutait, après tout, nous étions là pour voir le lynx, le loup, noir, blanc, gris et tous les autres si difficilement approchables.

 

 

P1130603.JPG

Loup blanc d'Alaska

 

P1130697.JPG

Loup gris d'Europe

 

Reste que, malgrè ces belles photo qui nous reste de ce moment agréable passé au parc, je me pose lesdites questions: ces animaux sont-ils heureux dans leurs enclos ? Et d'où viennent-ils d'abord ? Les a t-on ramené de force dans ce parc à touristes ?


C'est en rencontrant le loup gris d'Europe que j'ai pensé à çà. Sur le coup, on se dit que c'est juste génial un parc animalier, qu'on va pouvoir enfin approcher cette espèce que l'on adore... et puis après, le regard de ce loup, le loup borgne, je me suis dis que ces loups n'avaient pas d'autre choix que de nous regarder passer, toute la journée. Un animal sauvage, dans un enclos.

 

Voilà pourquoi je n'aime pas le cirque, le zoo, les parcs où toutes les espèces confondues se retrouvent prisonnières de grillages. Même grand, un parc reste un parc, avec des limites ...

 

 

 

 

D'autres photos sur mon Flckr

Publié dans We are free

Partager cet article

Repost 0

Passage Pommeraye, Nantes

Publié le par Manu

P1130591.JPG

CPA de 1906: Nantes, Passage Pommeraye, Escalier et galerie supérieure

 

 

Création du Passage: les années 1840 à 1843.

 

Lié à la grande bourgeoisie nantaise, Louis Pommeraye va s'associer avec Charles Guillou, restaurateur de la rue Santeuil, pour réaliser un projet ambitieux : ouvrir, au coeur même de Nantes et non loin de son étude notariale, un luxueux passage couvert digne de ces passages parisiens qui connaissent une grande vogue dans la capitale et drainent des capitaux considérables. Les travaux commencent à la fin de 1840. Mais compte tenu des besoins en financement, en 1841 est créée la société en commandite par actions Pommeraye et Cie dont Louis Pommeraye est le gérant. Trente-et-un autres actionnaires permettent aux deux associés d'origine de réunir le capital nécessaire, 500 000 francs.

Louis Grootaërs (père) réalise, au ciseau, la décoration de l'immense verrière. La verrière est divisée en quatre parties égales par d'élégantes arcades ornées de stucs représentant des paradisiers et des lianes enchevêtrées.

Guillaume Grootaërs (fils) et le sculpteur parisien Jean Debay, réalisent dans les écoinçons disponibles entre les fenêtres, une série de huit médaillons représentants des célébrités de la région : le général bonapartiste Pierre Dumoustier, les philosophes Pierre Abélard et Éon Le Royer, les marins Jacques Cassard et du Charles Louis du Couëdic, le préfet et pair de France Louis Rousseau de Saint-Aignan, le capitaine Delaville et le connétable Olivier V de Clisson, ainsi que François Rabelais.

La partie métallique est due à la fonderie Voruz (Nantes).

 

Le 4 juillet 1843, jour de l'inauguration, les Nantais peuvent flâner à l'abri, découvrir les vitrines du Passage Pommeraye. À l'entrée de la galerie haute, dite « de la Poste » se tient Carilès, le violoniste, voisinant avec les crieurs de journaux. L'hôtel des Colonies occupe toute la façade d'entrée. Le va-et-vient des hommes d'affaires, courtiers et agents de change vers la Bourse est incessant. Il croise celui des passants venus peut-être s'approvisionner en friandises dans les chocolateries « Gaillard et Cie » dont la production embaume l'atmosphère. Au niveau de la rue de la Fosse, la galerie de l'Horloge abrite le restaurant de Charles Guilloux, décoré par le peintre Achille Légier. Plusieurs papeteries, des bijoutiers, deux cafés, un marchand de ruban, une épicerie fine, un magasin de curiosités exotiques, des luthiers, un « Grand bazar » figurent parmi les soixante-six magasins de luxe qui occupent le Passage. Comble des merveilles, ce dernier s'illumine à la nuit tombée grâce à un moderne éclairage au gaz, encore rarissime dans les rues.


Le succès du passage ne sera pas celui de son promoteur. Louis Pommeraye connaît une faillite retentissante, sous l'effet conjugé de spéculations financières imprudentes et de la crise économique de 1846-1847

 

passage-Pommeray.JPG

Le passage de nos jours, photo d'Aurélien

 

Un passage - labyrinthe.

 

Dans les années 1960, il est le cadre désigné d'une rumeur alléguant de la disparition de jeunes femmes dans les cabines d'essayage d'un magasin de mode : « Du salon d'essayage, les jeunes femmes étaient entraînées (toujours selon la rumeur de Nantes) dans les caves profondes du passage d'où elles étaient ensuite transférées vers des destinations inconnues. (...) Le passage-labyrinthe avait désormais son Minotaure prélevant son tribut de jeunes victimes sur la population urbaine (...) Des parents inquiets interdirent quelque temps à leurs enfants d'emprunter le passage. Bientôt la rumeur s'éteignit mais arrive encore que des Nantais en parlent avec un reste d'inquiétude dans la voix. Il est piquant de constater comment le passage, dont la construction était considérée par le bourgeois de 1840 comme un moyen de purger le quartier de la prostitution, va devenir un véritable nid à fantasmes pour les générations futures et constituer le support idéal d'un « retour du refoulé ».

 

 

P8280217.JPG

Photographie prise en 2012.

 

De nos jours.

 

Aujourd'hui ne subsiste aucune des boutiques d'origine. La dernière, l'armurerie Brichet, a fermé ses portes il y a quelques années. Les vieux Nantais gardent le souvenir de la boutique « Hidalgo de Paris » et de ses farces et attrapes, voisine de la librairie Beaufreton qui a approvisionné des générations d'écoliers en livres et fournitures scolaires. Au-dessus des statues, des globes lumineux ont remplacé les becs de gaz. Mais le passage a échappé à toute métamorphose importante. Son aspect figé, qui fut longtemps un handicap, est devenu avec les décennies un atout. Aujourd'hui, on apprécie le traitement obligatoirement uniforme des devantures, la perspective des grands miroirs, les riches décorations qui font du passage « une rue qui aurait traversé le temps et nous serait parvenue intacte, tout droit sortie du XIXe siècle ».

 

 

Le 26 décembre 1976, le passage Pommeraye a été classé monument historique.

 

 

Références: http://www.passagepommeraye.f et Wikipédia

Publié dans We are free

Partager cet article

Repost 0

Bowie dans mon jardin

Publié le par Manu

Sans-titre-1.jpg

 

Cette nuit, j'ai fais un rêve. J'ai fais un rêve improbable.

Il y avait du soleil et beaucoup de monde. Nous attendions dehors car une représentation devait avoir lieux. Un duo de comiques si je me souviens bien. Mais il se faisait tard et ils n'arrivaient pas. Puis une foule complètement dingue s'est amassée autour de la maison et quelques personnes rentraient même dans notre jardin.

Une sublime voiture se rapprochant d'une Ferrari 250 GT grise arriva doucement. A l'intérieur, quatre personnes et une foule en délire. La voiture se gare et là ... David Bowie.

Il était grand, immense même, bien sapé et avec un grand sourire. Il disait " Bonjour, Bonjour tout le monde ! " avec son bel accent. Il y avait son chauffeur, sa comppagne à l'arrière et leur bébé. Elle aussi était belle, grande, de longs cheveux, le regard doux. Elle était beaucoup plus jeune que lui.

Ils s'avancèrent vers nous et Bowie s'exclama : " C'est pour le live. " et moi de ne pas savoir quoi dire ... je riais, je pleurais, j'étais heureuse de voir Bowie en vrai et je cherchais après un appareil photo. Je demandais à Aurélien de faire autant de clichés qu'il le pouvait. Bowie prenait la pause, çà l'amusait.

Le chanteur ouvra un grand sac de voyage duquel il sortit un classeur. Il s'adressa à moi : " Regarde un peu tout çà, c'est le monde entier ...". Des cartes postales, anciennes et récentes, un classeur entier, sublime. Et moi de lui dire dans un franglé piteux: " Yes, me too i have a classeur with postcards...wait, je vais le chercher !". Et je partais en courant chercher mon trésor. Bowie et sa compagne le parcoururent avec de grands sourires, quelques éclats de rire ... ils reconnaissaient quelques endroits.

Puis Bowie me demanda où était le centre ville, car il avait une course à faire. Nous l'escortâmes avec ma famille jusqu'au centre du village. Bowie s'arrêta net devant un café. Il y avait une grande bouteille vide posée sur une table: " C'est çà que je cherche" s'exclama t-il. Mais le serveur nous dit que c'était sa dernière bouteille, que c'était un très grand cru et qu'il n'était pas certain qu'on en trouve ailleurs. Alors avec Aurélien, je partais à la recherche de cette bouteille si rare. Nous faisions toutes les caves, les habitations même ... mon père me fit un grand signe et me dis " Peut être ici." en me montrant une cave cachée sous un porche. Quelques minutes après, je ressortais avec la bouteille au liquide doré ... Je l'apportais fièrement à Bowie qui me remercia et me dit " And now, il faut chanter. "

Et Bowie chanta. Je me réveillais.

 

 

A ce jour, on ne sait pas encore si David Bowie fera une tournée ... et s'il viendra chez moi. Il ne m'a pas encore contacté !

Publié dans Les mots

Partager cet article

Repost 0

1 2 3 > >>