Bleu de minuit

Publié le par Manu

 

 

Je t'écris des mots qui ressemblent à des forêts, de grands arbres que je trace sur le papier. Des arbres teintés de bleu, de pourpre au creux de leur écorce. Je t'écris pour que jamais tu ne m'oublie. Avant la cendre, la verdure de feu.

 

Te souviens-tu de moi, de ce temps passé, à te regarder. Tu dansais pour me plaire et moi, je t'écrivais des mots invisibles sur les murs solitaires. Je te disais toujours à jamais. Tu me disais que tu reviendrais. Tu t'es dispersé loin de moi dans ce ciel étoilé devenu maintenant si sombre. Je me suis perdu à te poursuivre derrière les arbres de minuit.

J'ai passé tant de temps à te chercher. Je n'ai jamais pu t'oublier. J'ai traversé la grande forêt d'arbres bleus pour te retrouver. J'ai franchi la lumière et puis je l'ai oublié. Pourquoi es-tu enchaîné ? Pourquoi ne fuis-tu pas? Je t'emmènerai derrière les étoiles …

J'ai tout oublié, la couleur des étoiles, le son de la pluie, le chemin à emprunter pour te retrouver. Mais jamais tes yeux ne m'ont abandonné.

 

Le vent se hissait brutalement sur les pierres de lave de la grande muraille. Un géant de brume et de roc naquit de derrière la nuit. Les arbres bleus dansaient. Le feu s'éprit des pierres, jaillit l'eau pourpre de la nuit.

L'ultime flèche, celle qui atteint le bruit des ombres. A présent, le géant avait rejoint les ténèbres.

 

Mon chevalier gisait sur la terre brune.

 

Va, va, retourne dans le monde des étoiles. Promets moi l'éternité. De là-haut, les arbres seront à nouveau de la couleur de tes yeux et tes larmes, leur vie.

 

Le chevalier s'était retiré du monde des ombres. Les arbres dansaient doucement au grès du vent, reprenant leurs couleurs primitives.

Il avait rejoint les étoiles qui mènent à l'horizon.

 


Commenter cet article